Origine de la CONSCIENCE

("l'acte d'observation"  quantique)


D'où vient la CONSCIENCE et pourquoi


La Mécanique quantique établit à juste titre qu'il existe une infinité de potentiels qui ne deviennent réalité que lorsqu'il y a un acte d'observation. Autrement dit, une infinité d'univers possibles qu'on choisit ou qu'on ne choisit pas en fonction de ce vers quoi se porte notre attention.

 

C'est vrai mais cela n'explique pas cet « acte d'observation », et c'est évidemment cela l'important.

 

 

Le constat ne suffit pas, il faut comprendre :

1°) Pourquoi il existe ce potentiel infini

2°) Pourquoi l'observer lui donne réalité

3°) D'où provient ce fait d'observer et pourquoi

 

Ces trois questions ont une réponse. Même s'il est clair que personne, ni en Physique, ni en Philosophie, ni en Théologie, n'y a jamais répondu. Car les réponses sont au-delà du "quantique".

 

Il ne faut pas s'en étonner. Quand on a compris les subterfuges du mental pour échapper à la Vérité, on ne s'étonne pas. Mais il ne faut pas non plus s'étonner qu'il soit possible de répondre et que ce soit le cas.

 

Sans attendre plus longtemps, et évidemment en résumant considérablement (mais tout cela est largement développé dans les pages vers lesquelles on propose des liens, et dans les livres de la Librairie de l'Hyperscience), voici donc nos propositions :

 

1°) Il existe un potentiel infini d'univers tous différents parce que TOUS LES FINIS SON NÉCESSAIRES POUR QUE L'INFINI SOIT.

 

On aura l'occasion d'expliquer pourquoi l'infini est une NECESSITE, mais en même temps une IMPOSSIBILITE.

 

Il s'ensuit que tous les finis (non-infini) deviennent nécessaires à leur tour, et que eux PEUVENT être réalisés. Mais ils ne peuvent pas l'être tous puisque c'est à l'infini. Donc cela reste largement un potentiel, même si un certain nombre, immense mais toujours fini, deviennent effectifs instant après instant.

 

La question suivante est pourquoi certains se réalisent (chacun le sien : il n'y a pas d'univers réel unique, mais une multitude d'univers personnels, à tous les niveaux de conscience, et on s'en expliquera).

 

2°) Pourquoi « observer » donne sa réalité à un univers ?

 

Ce n'est pas exactement comme cela que cela se passe. C'est simplement que le fait que l'infini n'est pas (il est seulement une nécessité) fait que, pour tout fini, il existe une résistance par rapport à l'infini : son impossibilité.

 

Autrement dit : pas de conscience infinie (une telle conscience serait d'ailleurs nulle car sans limites et donc sans formes, sans contenu), mais nécessité de finis puisque l'infini impossible est en même temps nécessaire.

 

Tous les finis ont donc vocation à être réalisés pour constituer cet infini qui devient un but au lieu d'être une réalité. Pour le réaliser, il faut l'évolution, c'est-à-dire ajouter toujours plus de « finis ».

 

C'est pour cela que le temps semble exister, l'évolution, le changement permanent, car on n'a jamais fini de passer d'un univers à un autre, de plus en plus infini, riche, complet. Sans jamais y parvenir.

 

ENTRE CE QUI EST POSSIBLE ET CE QUI N'EST PAS ENCORE,

IL Y A CONSCIENCE.

 

Ce n'est pas que la conscience apparaisse, c'est simplement que la conscience est l'opposition entre ce qui peut être et ce qui devrait être. La conscience est le sentiment d'être limité par rapport à quelque chose « d'extérieur » qui paraît illimité.

 

En séparant les deux, il y a ce qu'on appelle « acte d'observation », « je » crois être « quelque chose » par rapport à « autre chose ».

 

Ensuite, on comprendra facilement pourquoi cet « autre chose » a l'apparence de « matière », est constitué de ce qu'on appelle des « atomes » qui ne sont en fait que cette énergie de relation.

 

3°) En répondant à la question « pourquoi des univers prennent forme » (on pourrait dire « pour quoi des limitations à la place d'un « illimité »), on répond en même temps à la question « pourquoi la conscience », puisque la conscience n'est pas une substance mais seulement une relation entre un possible et un potentiel.

 

Là où les deux « se distinguent » il y a le processus de « distinction » précisément. La conscience est juste une opposition qui perdure, la dualité issue du fait que l'infini qui devrait être ne peut pas être et donc devient un but.

 

La conscience est la limite où se situe une façon de progresser vers le but. Mais seulement une limite, une frontière, pas une réalité.